Une critique de Laura

Ce qui fait battre nos cœurs 4/5

Ce-qui-fait-battre-nos-coeurs
Ce-qui-fait-battre-nos-coeurs

Une critique de Laura

Nous sommes en 2030 en France. Le cœur de Sophia fonctionne mal, trop mal. La petite fille de 3 ans doit d’urgence être greffée. Les dons d’organes étant rares, c’est un cœur artificiel que Sophia reçoit. Comme la famille de Sophia est modeste, c’est un cœur de base, celui proposé par la sécurité sociale. 5 ans ont passé et le cœur premier prix a de nombreux dysfonctionnements. Esteban, le grand frère de Sophia, devenu adolescent, ne supporte plus ce monde à deux vitesses dans lequel nous vivons. L’accès à l’intelligence artificielle, aux dernières nouveautés scientifiques est réservé aux plus riches ; à ceux qui peuvent se fournir en organes auprès de la célèbre entreprise-laboratoire Organic. Esteban souhaite que sa petite sœur Sophia bénéficie des dernières technologies. Il veut alerter le monde sur l’injustice liée à la santé. Il ne trouve qu’une solution : kidnapper deux adolescents, une jeune fille célèbre qui a eu accès à toutes ces technologie et Noah, qui n’est autre que le fils du PDG d’Organic. Dans sa cavale, il est rejoint par Maria, brillante élève de terminale qui s’est créé une prothèse de bras.

« Il n’y avait aucun doute : j’étais augmentée. Et comme j’avais tout fait moi-même, sans passer par la sacro-sainte société Organic, qui détient le monopole des prothèses et organes artificiels, j’échappais au contrôle de l’État. »

C’est donc le road-movie de quatre jeunes dans un monde futuriste et hyperconnecté mais proche de nous. Un road-movie retransmis en direct sur les réseaux sociaux. Le lecteur vit en temps réel l’aventure vécue par Esteban, Maria Leila et Noah. Ce roman palpite au rythme de cœur de la jeune Sophia. Il nous tient en haleine et nous interroge sur l’accès équitable aux soins et l’utilisation de l’intelligence artificielle. La narration alterne entre Esteban, Maria et Leïla chapitre après chapitre et est entrecoupée par les commentaires de ceux qui suivent en direct sur les réseaux la cavale des jeunes. Le roman aborde aussi les premiers émois amoureux et la rencontre entre adolescents de différents milieux sociaux.

Une belle lecture à recommander dès 13 ans.

Florence Hinckel, Syros, 442 pages, 17,95 euros.

Voir en ligne : Sur le site du Télégramme