Une critique d’Amélie

La seizième clé *****

9782278091683-475x500-1
9782278091683-475x500-1

Une critique d’Amélie

Dans l’incroyable manoir d’Hemyock, la vie d’Oswald a tout pour plaire : des dizaines et des dizaines de personnes lui sont dévouées pour qu’il puisse développer son talent de poète dans les meilleures conditions.

Cependant, il y a une chose qu’on ne peut envier à Maître Oswald : un mystérieux mal lui interdirait tout contact avec l’extérieur. Il ne connaît donc pas plus sa famille que le monde qui l’entoure.

A chacun de ses anniversaires, lors d’une cérémonie, Oswald reçoit une clé qui lui ouvre une porte située dans une pièce secrète du manoir. Et à l’approche de ses seize ans, Oswald se pose davantage de questions sur son existence. Surtout que depuis quelques temps, des phénomènes de plus en plus étranges se produisent dans le manoir. Alors, lorsqu’une jeune fille se présente devant lui, il n’hésite pas une seconde à s’enfuir avec elle, loin de se douter des conséquences…

« Du jour où il s’était mis à compter, Oswald avait su que le seize serait pour lui un nombre à part. Un talisman ? Une malediction ? Après toutes ces années, il hésitait encore. »

Ce roman fantastique est parfait. Il est rempli de poésie et de magie et fait réfléchir à notre condition d’être humain. Chaque lecteur peut avoir sa propre interprétation de l’histoire. L’intrigue est par moment un peu tarabiscotée mais l’auteur nous donne toujours un moyen de retomber sur nos pattes ! Les personnages sont très attachants, drôles et touchants. On peut facilement se surprendre à sourire de leurs bêtises, à avoir peur pour eux ou encore à vouloir leur dire ce qu’ils devraient faire ou ne pas faire. Un réel coup de coeur !

A conseiller à partir de 12 ans.

Éric Senabre, Didier Jeunesse, 214 pages, 15 €

Voir en ligne : Sur le site du Télégramme