Une critique d’Amélie, parue cet été dans le Télégramme.

Je te plumerai la tête ****

Une critique d’Amélie

Je te plumerai
Je te plumerai

Lilou est une jeune fille de 16 ans. Depuis toute petite, elle idolâtre son père et le porte en héros dans toutes les situations. Un jour, sa mère est hospitalisée à cause d’un cancer. Et petit à petit, son père commence à la restreindre dans ses libertés en commençant par lui interdire toute visite au chevet de sa maman. « Elle est trop fragile » lui dit-il. Au fur et à mesure, Lilou va comprendre qui est réellement ce père envoûtant mais sans empathie, égocentrique et manipulateur. La vérité est parfois dure à affronter…

Ce livre est très intéressant par son sujet qui n’est pas ou peu discuté dans la littérature jeunesse : les pervers narcissiques. L’auteure réalise une prouesse en décrivant avec tact, délicatesse et parfois même avec humour, le calvaire que les personnes sous l’emprise d’un pervers peuvent vivre au quotidien. Ce thriller psychologique peut faire froid dans le dos car on peut ressentir de la peur ou de l’angoisse pour la jeune Lilou qui pourrait très bien être nous-même. L’histoire nous est racontée uniquement du point de vue de l’adolescente qui nous parle via son journal intime électronique ce qui nous rapproche encore plus d’elle et de ses réflexions. On la voit grandir, évoluer car on va la suivre durant 5 longues années de sa vie. Un coup de cœur !

A conseiller à partir de 14 ans.

Claire Mazard, Syros, 512 pages, 17,95 €

Voir en ligne : Sur le site du Télégramme