Le 4 décembre, l’auteur et metteur en scène Emilie Bonnafous, de la compagnie Les Galapiats, est venue initier les élèves à son métier.

Dans le cadre du jumelage avec le théâtre du pays de Morlaix, les élèves bénéficient tout au long de l’année de spectacles et d’ateliers de pratique artistique. Du 4 au 15 décembre, les collégiens travaillent avec les Galapiats et découvriront leur spectacle C’est quand qu’on va où au théâtre de Morlaix. Pour cette première journée, il s’agissait pour les jeunes de s’imaginer issus d’une famille d’artistes circassiens… Et cette idée a beaucoup inspiré les élèves.

Retour en images et en textes sur cet atelier :

P1060127

Nathalie : Elle aime grimper. Elle se verrait bien acrobate. Elle vit dans une caravane bleue. Elle porte un costume gris argenté. Ses animaux préférés sont les chevaux. Ses parents sont dresseurs d’éléphants. Nathalie a deux yeux de couleurs différentes : l’un bleu et l’autre vert. Ses parents l’encouragent à devenir artistes. Pendant que sa mère se repose, que son père dresse les éléphants, Nathalie fait du trapèze ( dans sa tête). Elle est sortie du ventre de sa mère en faisant une galipette. Léonie

Dans le ventre de sa mère, Laurie croyait entendre ou bien entendait les bruits autour d’elle. Elle était persuadée d’entendre le coeur de sa maman battre. Elle bougeait beaucoup et s’amusait à faire plein d’acrobaties dans le ventre de sa mère. Candice

Dans le ventre de sa mère, elle rêve déjà de devenir dresseuse de fauves mais ses parents ont déjà tracé son avenir : elle deviendra acrobate comme eux et se mariera avec un acrobate, elle aura deux enfants eux aussi acrobates. Elle ne veut pas de cette vie déjà écrite à son insu. Amélie

P1060134

Elle avait compris que ses deux parents travaillaient dans un cirque. Et vu qu’elle était très motivée elle était déjà très inspirée par son futur métier : maquilleuse de clowns. Enfant, Chloé se mettait déjà à maquiller des poupées. Plus le temps passait, plus elle s’améliorait. Avec les autres enfants, elle s’amusait à faire des farces à tout le monde. Ses parents disaient que c’était une pile électrique, qu’elle n’arrivait pas à tenir en place. Pour son père qui était clown, cela le faisait bien rire. Mais sa mère, qui, elle, était acrobate, ça l’énervait de temps en temps et elle lui demandait de se calmer contrairement à son père. Maryse

Quentin naît. Quelques mois plus tard, l’enfant grandit de plus en plus. Il commence à marcher au bout de 11 mois, à parler à 1 an. Son premier mot est « cirque ». Hugo

A 13 ans il commence à détester le cirque. A 15 ans, il a un portable et en jouant au foot il se retourne la cheville à 360 degrés. Il n’a plus le droit de jouer au foot pendant 1 an. Son père lui dit que si il persiste dans ses bêtises, il en aura pour deux ans. Il déteste son père. Il déteste le cirque. Il déteste tout. A 17 ans, ses parents divorcent. Sa mère obtient le droit de garde. Son père ne fait plus de cirque. Melvynn

P1060131

Quentin est adulte et il est acrobate. Après coup, il a réfléchi et il adore son métier. Les spectateurs sont impressionnés par le trapéziste. Les jours passent comme les années. Hugo

A l’âge adulte, Louanne est maintenant une grande dresseuse de fauves. Elle est très douée dans son domaine. Elle a rencontré Jean, un trapéziste avec qui elle e eu deux jumeaux : Nathan et Paul. Nathan veut suivre les pas de sa mère. Louanne est très fière de tout ce qu’elle a accompli. Surtout quand vient le soir et qu’elle entre en piste. Ses parents sont toujours acrobates et sont très fiers de leur fille. Louanne a maintenant passé l’âge de dresser les fauves. C’est son fils Nathan qui a repris le flambeau. Son mari est mort : une chute de trapèze. Louanne a été bouleversée mais veut garder le moral. Sa famille de cirque la soutient. Louanne sait que c’est bientôt la fin de sa vie. Elle est très malade et très faible. Elle reste couchée au lit dans sa caravane. Ses fils viennent la voir régulièrement. Mais ce soir du 3 décembre, Louanne a fermé les yeux et ne les rouvrira plus jamais. Mais elle gardera en mémoire sa longue vie de circassienne. Elisa

Elle a testé beaucoup de disciplines mais elle revenait toujours à l’acrobatie. C’est dans ce domaine qu’elle a continué. Vieille, elle est revenue au maquillage des artistes. Elle a adoré sa vie. Sa vie s’est arrêtée à 101 ans. Marina

P1060138

Un grand merci à Emilie pour la qualité de son intervention auprès des jeunes.